Comprendre les constructions chalcolithiques

Projet porté par Paul Bacoup

Fondée sur une étude technique et matériel des vestiges architecturaux des sites de Dikili Tash (Grèce du Nord, Macédoine orientale) et de Petko Karavelovo (Bulgarie du Nord, Veliko Tarnovo), la session expérimentale coordonnée par Paul Bacoup dans le cadre de sa thèse s’attache à comprendre les techniques de construction chalcolithiques (4900-4300 av. n. è.) entre la Macédoine grecque et la plaine danubienne. Les murs de ces bâtiments étaient généralement construits en torchis sur armature végétale et l’on considère que les toits étaient généralement en bâtière à deux rampants.

En suivant un protocole expérimental préétabli, l’équipe, composée de Philippe Guillonnet et Emmanuel Guerton (Préhistoire interactive), de membres de l’APERA, ainsi que de Lucie Bénéteaud (Université de Rennes 1) et Vincent Bernard (CNRS, CReAAH), travaille à reproduire toute la chaine opératoire de la construction d’une maison chalcolithique.

Ainsi, les premières sessions expérimentales ont été consacrées à l’abattage d’arbre et à la mise en forme des fûts de bois à l’aide de reproduction d’outils en pierre bulgares. En deuxième, un petit bâtiment (2m par 2m pour une hauteur de mur d’1 m) a été érigé en suivant les étapes essentielles de construction connues par l’archéologie : creusement des tranchées de fondation et des trous de poteaux ; mise en place des armatures végétales ; préparation de la terre à bâtir ; et application de la terre à bâtir sur les armatures.

Ces moments expérimentaux ont permis à deux classes du collège Marcel Pagnol de Noyen-sur-Sarthe, accompagnée par leur professeur d’Histoire-Géographie, Frédéric Grognet, ainsi qu’à plusieurs niveaux de l’école élémentaire René Busson de Mézeray de venir discuter de l’archéologie préhistorique et de la place de l’expérimentation dans cette discipline.

En mai 2020, il était prévu d’incendier le bâtiment afin d’obtenir un matériel expérimental similaire à celui connu par l’archéologie, un des objectifs étant de les comparer. La crise sanitaire nous a contraints à repousser cette partie à une date ultérieure. Il a donc été nécessaire, dernièrement, d’ajouter un enduit de terre afin de protéger les murs jusqu’à cette date.

Les objectifs de ce projet s’inscrivent au sein de huit axes principaux :

  • Comprendre les choix techniques :
  • Appréhender la relation entre les êtres humains et les constructions :
  • Mettre en lumière les choix des outils :
  • Comprendre l’impact environnemental de la construction sur le milieu d’habitat :
  • Apporter des éléments de réponses à des enjeux majeurs actuels :
  • S’inscrire dans des projets de médiation à différentes échelles :
  • Comprendre les rythmes de vie, de dégradation et de réfection des bâtiments :
  • Valoriser l’archéologie et l’expérimentation auprès de différents publics :

Ce projet a reçu le soutien financier de la ville de Mézeray, du Collège des écoles doctorales et de l’école doctorale d’archéologie (ED 112) de l’Université Paris 1. Il a également reçu de l’aide de la part de Christophe et Céline Dubus (don des arbres et d’un terrain expérimental), Bernard Gourdin (de l’association Racines et Patrimoine), Didier Hautreux et Cédric Bruneau (don de plusieurs tonnes d’argile), Guillaume Touchet (paille et foin), Marina Dezierrey et Quentin Legrand (boucherie principale, don de matière dure animale), ainsi que la municipalité (prêt d’un terrain d’expérimentation) et les agents de Mézeray, notamment Yvon Portebœuf (aide logistique pour l’apport d’eau).

Toutes les photos sont de P. Bacoup.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.